Thai Zeed

Même si les arbres prennent leurs couleurs automnales et que les feuilles rougissantes tombent peu à peu, je vous propose un cocktail estival, voire tropical. En préparant le Fishtank Cocktail m’est revenu à l’esprit un cocktail partant d’une idée similaire, le Thai Zeed. Ce n’est pas la soupe pho vietnamienne qui est à l’honneur ici mais bien le tom yam, la soupe thaïe à base de lait de coco. Le créateur du cocktail, Ben-David Sorum s’est inspiré du piment et de la Thaïlande. D’origine suédoise, il a été formé comme chef mais a préféré œuvrer au bar pour rencontrer les gens, d’abord en Suède, à Halmstad, une station balnéaire chic. Au départ, il a joué au Tom Cruise pour séduire les dames mais a très vite appris à mieux préparer les cocktails, devenant manager du bar et créant des boissons originales. Recherchant de nouveaux défis, il a rejoint son frère en Australie mais a été vite déçu de la scène locale et est parti pour Bangkok. Là, il s’intéresse aux produits locaux et concocte de nouvelles recettes inspirées par le pays. Il travaille dans divers bar, devient consultant pour le groupe d’hôtels Raffles, co-écrit un livre de recettes de cocktails et est aujourd’hui un des fondateurs des bars Lady Brett et U.N.C.L.E où il continue à expérimenter avec de nouvelles techniques et ingrédients. Le Thai Zeed est surprenant au premier abord et malgré certains ingrédients quelque peu démodés, c’est un excellent cocktail.

La recette se trouve dans Tipple thai. Creative cocktails inspired by thai fruits, herbs and alcohol

  • 3 cl de vodka infusée tom yam (recette ci-dessous)
  • 3 cl de Malibu (rhum infusé à la noix de coco)
  • un demi citron vert
  • 1 cl de sirop de sucre
  • limonade (sans doute du Sprite à la base, mais cela vaut la peine de choisir quelque chose de meilleure qualité, comme la Victorian lemonade de Fentiman’s)

Écraser le demi citron vert au fond d’un shaker, ajouter les autres ingrédients sauf la limonade. Secouer vivement avec des glaçons et verser dans un verre collins ou highball. Compléter avec la limonade et décorer avec un piment rouge et une rondelle de citron vert.

Vodka tom yam (proportions pour une bouteille de 70 cl qu’il est évidemment possible de diviser)

  • 3 piments thaïs légèrement incisés pour mieux diffuser leur goût
  • 5 feuilles de citronnier kafir
  • 4 tranches de gingembre
  • 2 ou 3 brins de coriandre
  • 1 tige de 15 cm de citronnelle / lemongrass
  • 1 bouteille de vodka (de base)

Mettre tous ces ingrédients dans une carafe d’un litre et laisser reposer environ une semaine à température ambiante puis filtrer.

Difficulté: *** il faut préparer la vodka infusée, ce qui prend évidemment un peu de temps et encore posséder du Malibu, ce rhum à la noix de coco passé de mode.

Goût: complètement étonnant, ce cocktail fait penser à une soupe tom yam thaïe, avec son goût piquant, citronné et de noix de coco.

Experience No. 3

Ouvert à Paris en 2007, l’Experimental Cocktail Club présente des réinterprétations de classiques et des cocktails originaux. Une première recette a été nommée Experience No.1 (à base de vodka) et depuis elle a été déclinée dans diverses versions, à partir d’alcools différents. Le troisième de la série prend le pisco comme alcool de base et j’ai choisi celle-là parce que c’est un alcool peu utilisé, à part dans le célèbre Pisco Sour. Fabriqué à partir de raisin, comme le brandy ou le cognac, il est originaire du Pérou et du Chili, les deux pays revendiquant sa paternité.

La recette se retrouve dans le livre du bar, Experimental Cocktail Club:

  • 1 tige de citronnelle asiatique (lemongrass), la grosse partie
  • 2 cl de jus de citron
  • 2 cl de cordial au sureau (elderflower cordial Marks & Spencer)
  • 5 cl de pisco (Demonio de los Andes)
  • 2 feuilles de basilic (+ 1 pour la décoration)

Écraser légèrement la citronnelle pour en extraire toutes les saveurs et la mettre dans un shaker avec les autres ingrédients et des glaçons. Secouer vigoureusement et filtrer dans une coupe refroidie. Décorer d’une feuille de basilic.

Difficulté: **(*) le pisco se trouve facilement chez des cavistes ou en ligne, le cordial de sureau se vend chez Marks & Spencer et dans des magasins spécialisés.

Goût: un cocktail qui m’a un peu déroutée, assez acide mais en même temps très végétal et floral.

Vermout. De complete gids

Isabel Boons & Ilse Duponcheel, Vermout. De complete gids: dans la même série que les guides sur le gin et sur le rhum, celui-ci présente le vermouth. Alcool un peu oublié pendant une époque, il a toujours été bu en Europe, très souvent pur, contrairement aux Etats-Unis où il a toujours été mélangé dans des cocktails. Les auteurs décrivent l’alcool, parlent de sa fabrication et de son histoire puis présentent une quarantaine de marques, des anciennes et historiques d’Italie et de France mais aussi le nouveau style de vermouth qui est apparu ces dernières années, surtout aux Etats-Unis. Quelques recettes classiques suivent, ainsi que quelques plats, de même que des adresses internationales connues pour leur choix ou leur authenticité, notamment en Espagne où il existe de nombreuses « vermuterias ». Intéressant !

Falinum

Créé par Martin Cate pour son ami Falin Minoru, artiste et fabricant de mugs tiki, Tiki Kaimuki. La recette vient de Smuggler’s cove: exotic cocktails, rum, and the cult of tiki:

  • 1 oz (3 cl) de jus de citron
  • 1 oz (3 cl) de crème de coco Smugglers Cove (quantités égales de lait de coco et de sirop de sucre, plus un peu de sel – dans mon cas, j’ai utilisé 1,5 cl de lait de coco et rajouté 1,5 cl de sirop de sucre au cocktail)
  • 1 oz (3 cl) d’eau pétillante
  • 0,5 oz (1,5 cl) de John D. Taylor’s Velvet Falernum (falernum maison)
  • 2 oz (6 cl) de « column still aged rum » (Malteco)
  • 1 trait de bitters à l’orange

Verser tous les ingrédients dans un blender avec 12 onces de glace pilée et mixer 3-4 secondes (oui, c’est très court mais c’est suffisant pour mélanger et aérer). Verser dans un mug Tiki Kaimuki ou un grand verre old-fashioned.

Difficulté: **(*) j’ai utilisé un rhum du Guatemala, vanillé et sucré, qui s’accorde bien aux autres ingrédients.

Goût: un délicieux cocktail épicé et crémeux, très légèrement sucré (cela pourrait être trop peu pour d’autres palais), vanillé, au goût de rhum et de noix de coco. Assez différent d’autres cocktails au lait de coco.

Fifty-first State

Un cocktail créé par le Cienfuegos Bar de New York en l’honneur du référendum de 2012 à Porto-Rico, référendum qui statuait sur le territoire. Vous ne trouvez pas ça bizarre que ce cocktail utilise du rhum de Sainte-Lucie alors que Porto-Rico en produit aussi ? Mais c’est le résultat qui compte…

J’ai trouvé cette recette dans le livre de Ravi DeRossi, Jane Danger & Alla Lapushchik, Cuban cocktails:

  • 2 oz (6 cl) de Chairman’s aged rum (Doorly’s 5 ans)
  • 3/8 oz (1,1 cl) de crème de cacao Tempus Fugit
  • 1 cuillère de bar d’allspice dram (The Bitter Truth)
  • 1 cuillère de bar de Campari
  • 2 traits de bitters Angostura
  • 2 traits de bitters à l’orange (Angostura)

Verser dans un verre à mélange tous les ingrédients avec des glaçons et remuer. Filtrer dans un verre old-fashioned pourvu d’un grand glaçon.

Difficulté: *** quelques ingrédients précis, d’autres moins. Je n’avais pas de rhum Chairman’s aged originaire de Sainte-Lucie et je l’ai remplacé par du Doorly’s de la Barbade, me basant sur les listes du Smuggler’s cove. La crème de cacao Tempus Fugit est introuvable en Belgique, je me la suis procurée via un site internet allemand, Alandia.

Goût: un cocktail sucré pour le dessert, offrant des nuances de cacao, d’amertume, d’épices et d’orange