El Dorado

Eldorado

J’ai continué mon exploration des cocktails contenant de la liqueur de yaourt et j’ai préparé l’El Dorado que j’ai trouvé sur le site de Bols. Il y est décrit comme la combinaison de l’or des Caraïbes – le rhum – et de l’or blanc d ela liqueur.

  • 3 cl de liqueur de yaourt Bols
  • 3 cl de rhum vieux (Original Dark Plantation)
  • 1,5 cl de Pedro Ximenez Sherry
  • 2 traits de bitters Angostura

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer vivement. Filtrer dans un verre à martini ou à cocktail refroidi.

Difficulté: ** rien de très compliqué – dommage qu’il n’y ait pas plus d’indication sur le rhum utilisé

Goût: autant le dire de suite, j’ai trouvé ce cocktail assez imbuvable. La liqueur de yaourt domine, colle dans la bouche et ruine le bon rhum qu’on y a ajouté. Le sherry ne se repère qu’à peine. De plus, avec le temps, le mélange se dissocie et n’est plus très beau à voir. Je compte encore tester une recette avec cette liqueur mais après, je pense que cela suffira !

 

Fiore di Francia

Fiore di Francia

Ezra Star, Américaine travaillant au bar Drink de Boston, a créé le Fiore di Francia en collaboration avec la liqueur Saint-Germain. Elle s’est inspirée de la cuisine  italo-française, combinant des ingrédients des deux côtés de la frontière. C’est un cocktail qui rappelle le printemps et qui est donc tout à fait de saison.

La recette se trouve sur le site Punch:

  • 3,7 cl de whisky (Famous Grouse)
  • 3 cl de liqueur de sureau Saint-Germain
  • 2,2 cl de Cynar
  • 1 trait de bitters Angostura
  • 1 zeste de citron pour décorer

Mettre tous les ingrédients dans un verre à mélange avec des glaçons et remuer. Filtrer dans un coupe à cocktail, pincer le zeste de citron au-dessus du verre pour qu’il exprime ses huiles essentielles et décorer avec un nouveau zeste.

Difficulté: ** Tous les ingrédients se trouvent en supermarché, même si le Cynar fait partie de ces alcools un peu oubliés. Fabriqué à base d’artichaut et d’une collection d’herbes aromatiques, il fait partie de la famille des amers, une catégorie d’alcools (souvent italiens) qui ont retrouvé une certaine popularité ces derniers temps.

Goût: un cocktail printanier sucré (un peu trop au début mais cela s’atténue) et légèrement amer, associant très bien la liqueur de sureau et le Cynar sur une base de whisky. Le zeste de citron ajoute de la fraîcheur au cocktail.

 

1940

1940

Il y a quelques années, j’avais eu l’occasion d’acheter à petit prix une bouteille de G’Vine Floraison. Ce gin est fort différent des autres parce qu’il est élaboré à partir de fleurs de vigne. Son goût est particulièrement floral, rond et doux et je n’ai jamais trouvé de tonic qui se mariait bien avec lui. La meilleure option était le Fentiman’s Herbal Tonic 19:05 mais malgré tout, ce choix ne m’a pas satisfait. J’ai cherché des recettes de cocktails mais à ce moment-là ma bouteille était déjà bien avancée. Mon choix s’est porté sur le 1940, une création d’Osvaldo Vasquez, que je n’ai pas pu reproduire jusque dans les détails mais le résultat est déjà très buvable. Ce barman officie au Cape A Thompson Hotel de Cabo San Lucas au Mexique.

J’ai trouvé la recette sur ce site (il y a un clip youtube qui montre la préparation):

  • 5 cl de G’Vine Floraison
  • 2 cl de liqueur de marasquin Luxardo
  • 1,5  cl de jus de citrons vert
  • 2 trait de B&B Barrel Aged Ruda Bitters (Angostura Bitters et bitter à la cardamone)

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et filtrer dans une verre à cocktail. La recette originale précise ici qu’il faut fumer le verre avec de la racine de palo de sangre et du parfum de cardamone. Après quelques recherches, il s’agit de Corymbia gummifera, un arbuste originaire d’Australie. Osvaldo Vasquez ajoute également un gros glaçon dans lequel est encapsulé un bout de la même racine. Ce glaçon, en fondant, va colorer le cocktail en rose.

Difficulté: **(**) – tout dépend de la version ! Celle que j’ai réalisée n’est pas trop compliquée mais manque de précision par rapport à la recette originale.

Goût: les arômes du gin se mêlent à ceux du marasquin pour créer un cocktail assez sucré et floral en bouche.

Cette photo est assez ancienne – les hostas sont sous terre pour le moment – mais je l’aime beaucoup.

 

Caribbean Mother’s Milk

Caribbean Mother's Milk

Récemment, Sylvain m’a donné une vingtaine de centilitres de liqueur de yaourt Bols, au goût laiteux, sucré et de… yaourt. Elle n’a rien d’exceptionnel et je ne l’aurais probablement pas achetée mais ma curiosité était piquée et j’y ai trouvé l’occasion de créer un ou plusieurs cocktails. Cette liqueur a été conçue à l’origine pour le marché chinois qui était à la recherche de produits alcoolisés à base de lait et lancée simultanément en Russie, en Irlande et en Bulgarie.

La recette vient du site Make me a cocktail:

  • 1 oz (3 cl) de rhum blanc (Havana Club Añejo 3 años)
  • 1 oz (3 cl) de rhum à la noix de coco (Malibu)
  • 1 oz (3 cl) de liqueur de yaourt Bols (Bols Yogurt Liqueur)

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer vivement. Filtrer dans un verre à cocktail et saupoudrer de la poudre de cannelle ou, comme dans mon cas, de la poudre de cacao.

Difficulté: *** à vrai dire, à moins que vous n’adoriez le yaourt, je ne conseille pas vraiment l’achat de cette liqueur. Elle plus quelque chose du dessert que de l’apéritif, et d’ailleurs, le cocktail fait très dessert. De même, le Malibu ? C’est so eighties !

Goût: ces trois ingrédients sont fait pour s’entendre mais il faut aimer des cocktails de dessert au goût laiteux et coco. On arriverait quasi au même résultat en omettant la liqueur de yaourt et en utilisant du Batida ou de la crème de coco.

Little Polynesian

Little Polynesian

Comme il me restait des kumquats, j’ai cherché d’autres recettes et grâce au moteur de recherche de l’app Total Tiki, j’ai trouvé le Little Polynesian, un cocktail néo-tiki. Il a été créé en 2007 par Sean Muldoon alors qu’il travaillait au bar du Merchant Hotel de Belfast. Prenant son métier très au sérieux, c’est dans ce bar que Muldoon a déniché puis utilisé un bouteille de rhum Wray & Nephew de 17 ans d’âge pour son Mai Tai. Ce rhum n’est plus produit depuis très longtemps mais est l’ingrédient d’origine de ce cocktail, tel qu’il a été créé par Trader Vic. Il fallait évidemment débourser une somme certaine pour pouvoir le goûter. Le Little Polynesian ne coûte pas aussi cher et est une création intéressante de Muldoon qui partira par la suite aux Etats-Unis pour créer le Dead Rabbit à New York.

La recette se trouve dans Beachbum Berry remixed:

  • 2,5 cl de jus de citron vert
  • 2 cl de rhum jamaïcain Appleton V/X
  • 2 cl de rhum jamaïcain brun (Smith & Cross)
  • 1 cl de curaçao orange (Pierre Ferrand)
  • 1 cl de sirop de sucre demerara (sirop de sucre blanc – je n’avais pas de demerara sous la main ni le temps d’en fabriquer à ce moment-là)
  • 2 kumquats frais, coupés en quartiers

Ecraser les kumquats avec le jus de citron vert au fond d’un shaker. Ajouter les autres ingrédients ainsi que des glaçons et secouer. Filtrer dans un verre old-fashioned rempli de glaçons et décorer d’une tranche de citron vert et de deux disques de kumquat.

Difficulté: **** un cocktail de saison qui demande deux rhums particuliers.

Goût: un cocktail frais, au goût d’agrumes, mais aussi herbacé grâce à l’utilisation du rhum jamaïcain Smith & Cross qui a un goût assez puissant (le goût aurait été totalement différent avec un Myer’s par exemple). Très légèrement sucré, il y possède également quelques notes d’amertume.

Hola kumquat

Hola kumquat

Il m’arrive – de temps en temps – d’inventer des cocktails et plus rarement de les publier ici. Je voulais utiliser un ingrédient particulier, la liqueur de piment mexicaine Ancho Reyes, que j’avais goûtée lors de l’événement cocktail bruxellois Blend. En faisant mes courses, j’ai eu le regard attiré par des kumquats et je me suis dit que je trouverais bien comment les utiliser. Je ne suis pas partie de rien en créant mon cocktail (que j’ai nommé Hola Kumquat): je me suis inspirée de cet article sur liquor.com.

  • 4 kumquats
  • 1 cl de sirop de sucre (voire un peu moins)
  • 2 cl d’Ancho Reyes (liqueur de piment mexicaine)
  • 2 cl de jus de citron vert
  • 6 cl de bourbon (Bulleit)
  • 1 trait d’Angostura
  • 1 trait de thai bitters (recette maison, légèrement piquante et aux arômes thaïs)

Couper les kumquats en deux. Les mettre dans un shaker avec le sirop de sucre et les écraser légèrement au pilon. Ajouter les autres ingrédients et des glaçons puis secouer vivement. Verser dans un verre old-fashioned. Je n’ai pas filtré le cocktail pour qu’on puisse profiter (visuellement) des kumquats mais j’ai retiré les pépins qui flottaient à la surface.

Difficulté: **** Il est clair que la liqueur Ancho Reyes ne se trouve pas partout. Je l’ai achetée sur un site web hollandais, Drankgigant. Les kumquats ne sont pas disponibles toute l’année (il me semble) – l’hiver est la bonne saison. Le bourbon par contre s’achète partout et n’importe quand.

Goût: une multitude de goûts se succèdent: du sucré, de l’amer (venant des écorces des kumquats) et du piquant. Un cocktail frais mais qui se boit sans souci en hiver grâce au piment qui réchauffe. Si vous le testez, donnez-moi votre avis, positif ou négatif, et des conseils pour l’améliorer.

 

Joyce

Joyce
Un cocktail de Michel Van Hecke qui officie au bar The Twelve situé au cœur du quartier européen de Bruxelles (rue de la Loi 75).

Une recette trouvée dans Ceci est un cocktail book, édité par la maison Ferrand.

  • 4 cl de gin Citadelle Réserve
  • 1 cl de liqueur de sureau Carlton (Saint-Germain)
  • 1/2 fruit de la passion
  • 3 tranches de concombre
  • 1 cl de sirop de jasmin (Monin)
  • 1 cl de jus de citron vert

Écraser légèrement le concombre au fond d’un shaker. Ajouter tous les autres ingrédients ainsi que des glaçons et secouer vigoureusement. Servir, après avoir filtré, dans un verre à margarita. Comme la quantité n’est pas suffisante pour remplir un verre standard, ajouter un joli glaçon (dommage que je n’avais pas de glaçons iceberg sous la main) et décorer d’herbes du jardin (c’est l’hiver et je n’avais que de la menthe fraîche du supermarché).

Difficulté: *** le gin Citadelle Réserve se trouve relativement facilement, le sirop de jasmin aussi mais ce ne sont pas des ingrédients de tous les jours. Il y a un peu de travail pour tout découper et préparer.

Goût: un cocktail très parfumé mêlant les goûts du fruit de la passion, du jasmin et de la liqueur de sureau, rafraîchis par le concombre, sur une base assez forte du gin. Une très belle découverte.