The Erin

The Erin

Souvent, quand je choisis une recette, c’est un ingrédient particulier qui me guide. Cela faisait plusieurs mois que j’étais tentée par le China China de Bigallet. Il s’agit d’une liqueur française assez ancienne, datant de 1875, et élaborée à partir de distillation et de macération d’écorces d’oranges douces et amères. Elle n’est que légèrement amère mais surtout très parfumée par l’orange et quand je l’ai goûtée, j’ai immédiatement eu un coup de cœur.

En cherchant sur le web, j’ai trouvée cette recette nommée The Erin, créée par Toby Cecchini du Long Island Bar de Brooklyn aux Etats-Unis et relayée par le New York Times.

  • 6 cl de bourbon (Cecchini suggère de l’Evan Williams Single Barrel, j’ai utilisé du Bulleit)
  • 1,5 cl de China China Bigallet
  • 1,5 cl de vermouth rouge (Cecchini suggère du Cinzano, j’ai utilisé du Carpano Antica)
  • 1,5 cl de Suze
  • 3 traits de bitters Angostura
  • 3 traits de bitters pimento (offerts par Harouna du LIB)
  • un zeste d’orange en garniture

Mettre tous les ingrédients dans un verre à mélange avec des glaçons et mélanger. Filtrer dans un verre rocks ou old fashioned, ajouter des glaçons (j’aime beaucoup les gros glaçons sphériques) et décorer avec un zeste d’orange.

J’en ai profité pour enfin utiliser ce verre tant recherché, avec un petit Mont Fuji dans la base. Lors de mon premier voyage au Japon, j’ai cru que cela se vendait dans des magasins pour touristes autour du Mont Fuji mais c’était déjà trop tard pour moi dans mon circuit et je n’ai pas trouvé. En novembre passé, je cherchais toujours, et puis par le plus grand des hasards, Yen Pham (Yi Chan) postait sur Instagram une photo de ce verre acheté récemment. Il m’a très gentiment donné une adresse à Kyoto où j’ai trouvé « my precious ». Et contrairement à mon idée première, il ne s’agit pas d’un verre souvenir mais bien de cristal japonais « Edo », créé par une compagnie qu’on pourrait comparer à Val Saint Lambert en Belgique. Le prix était donc en conséquence mais j’étais prête à tout pour avoir ce verre !

Difficulté: *** Il est clair que le China China n’est pas un ingrédient courant, même s’il est aujourd’hui distribué par les liqueurs Giffard. J’ai trouvé ma bouteille sur le site hollandais Drankgigant (immense choix, livraison le lendemain). Quant aux bitters, je pense qu’il y a moyen de jouer avec ce qu’on possède mais le magasin LIB en vend de toutes sortes.

Goût: un cocktail délicat et équilibré, mélangeant les épices et l’orange tout en ayant une certaine amertume mais aussi de la douceur.

Advertisements

Tour Le Carbet

Tour Le Carbet

Dérivé du Royal Bermuda Yacht Club, le cocktail Tour Le Carbet est une création de Shannon Mustipher. Elle s’est inspirée des plages de sable noir de la Martinique et des vues du Mont Pelé, et a choisi le nom en référence à la commune de Le Carbet, lieu où a débarqué Christophe Colomb lors de son quatrième voyage et où la colonisation de l’île par les Français a commencé en 1635 avec l’arrivée d’un petit groupe d’aventuriers menés par le flibustier Pierre Belain d’Esnambuc. Il n’est donc pas étonnant que ce cocktail utilise du rhum agricole et un ingrédient français comme la Suze (qui remplace le curaçao du Royal Bermuda Yacht Club).

Une recette de Shannon Mustipher, dans Tiki. Modern tropical drinks:

  • 6 cl de rhum agricole blanc à 50° (Neisson Blanc)
  • 1,5 cl de Suze
  • 2,2 cl de falernum (recette maison)
  • 2,2 cl de jus de citron vert
  • garniture: une tranche de citron vert

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer. Filtrer avec une petite passoire et verser dans une coupe refroidie. Décorer d’une tranche de citron vert.

Difficulté: **(*): peu d’ingrédients mais ce ne sont pas nécessairement les plus courants, quoique – le falernum est beaucoup utilisé dans le cocktails tiki et la Suze se trouve en supermarché. Un rhum agricole à 50° s’y trouvera aussi, mais en France. En Belgique, il faudra aller chez un caviste.

Goût: un cocktail qui met en avant le caractère végétal du rhum agricole blanc, associé à l’acidité et la fraîcheur du citron, aux épices du falernum et à la gentiane légèrement amère de la Suze.

Electric Circus

Electric Circus

Quand j’ai commencé à préparer des cocktails, certains de mes livres proposaient des recettes au Midori, une liqueur au melon d’origine japonaise. J’ai cherché et trouvé où en acheter à l’époque (chez Mig’s World Wines) mais ma bouteille était vide depuis longtemps. J’ai été au Japon à l’automne et dans un supermarché, j’ai acheté une petite bouteille de 20cl. Je n’avais plus envie de faire les recettes du passé, un peu trop chimiques, et j’ai cherché de nouvelles recettes mais il faut bien avouer qu’il n’y en a pas beaucoup !

Sur Punch, j’ai trouvé l’Electric Circus, un cocktail créé par Chall Gray, copropriétaire du bar Little Jumbo d’Ashville en Caroline du Nord. Il s’est inspiré du Last Word, un cocktail à quatre parts égales pour sa création.

Verser tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer. Filtrer dans une coupe ou un verre à cocktail. Décorer avec le zeste de citron.

Difficulté: **** Le Midori n’est pas courant, il faut bien l’avouer, mais ça se trouve, même sans aller au Japon. Le génépi est en vente chez certains cavistes. Les Bar Keep Chinese Bitters sont inspirés par le mélange de cinq épices chinois (clou de girofle, anis étoilé, cannelle, fenouil et poivre du Sichuan) – ils peuvent se remplacer par un bitter qui va dans ce sens.

Goût: ce cocktail est étonnamment équilibré malgré le Midori, qui, il faut bien l’avouer, a quelque chose d’un peu chimique. Fruité et acide, il possède également des notes des plantes aromatiques du génépi. Et puis, il marque surtout les esprits par sa superbe couleur verte !

Perra por favor !

Perra Por Favor !

A base de mezcal, un alcool mexicain distillé à partir du jus d’agave, le Perra por favor ! est un cocktail créé par Sean Johnson et publié dans The Canon cocktail book.

  • 4,5 cl de mezcal (Los Siete Misterios)
  • 2,2 cl de Cocchi Vermouth di Torino (vermouth rouge Carpano Antico)
  • 1,5 cl de crème de mûre (Joseph Cartron)
  • 2 traits de bitters Angostura
  • 1 pincée de sel
  • un quartier de citron vert pour la décoration

Verser tous les ingrédients dans un verre à mélange et remuer avec des glaçons pour refroidir. Verser dans une coupe refroidie et décorer avec le quartier de citron vert

Difficulté: **(*) les ingrédients sont relativement faciles à trouver chez les cavistes et détaillants en spiritueux.

Goût: un cocktail qui marie parfaitement bien divers éléments: le fumé du mezcal, l’amertume du vermouth et de l’Angostura, le sucré et fruité de la crème de mûre, le salé du sel, tout en ayant une touche de fraîcheur grâce à l’apport du quartier de citron vert.

Fogerty Cocktail

Fogerty Cocktail

Après une longue interruption (y compris entre le moment où j’ai fait la photo et celui où je publie le billet), me voilà de retour avec un cocktail fort simple. Mes sources sont restées les mêmes, Imbibe et Punch, et ce Fogerty Cocktail vient du premier site. Il a été créé par Ryan Fitzgerald pour le bar ABV de San Francisco.

  • 6 cl de rye, de préférence au degré d’alcool un peu plus élevé (Rittenhouse qui titre à 50°)
  • 1,5 cl de Campari
  • 0,7 cl de crème de cacao (Monin)
  • 2 traits de bitters à l’orange (The Bitter Truth)
  • un zeste d’orange pour la décoration

Mettre tous les ingrédients dans un verre à mélange avec des glaçons et remuer. Filtrer et verser dans un verre à cocktail refroidi. Décorer avec un zeste d’orange.

Difficulté: ** Le Campari se vend en supermarché, le rye et la crème de cacao chez des cavistes. Beaucoup ont agrandi leur gamme de produits et de nouveaux sont apparus ces derniers mois. Je pense notamment à la boutique LIB à Bruxelles.

Goût: un cocktail assez puissant, avec une certaine amertume adoucie par des notes de cacao et d’orange.

Est-ce que je reviendrai rapidement avec une nouvelle recette ? Aucune idée, mais il est bien probable que je continuerai à écrire ici de temps en temps.

Pink as lime

Pink as lime

J’étais en manque d’inspiration les dernières semaines, et puis j’ai ressorti le livre de l’Experimental Cocktail Club. J’y ai trouvé quelques recettes intéressantes, dont le Pink as lime. Inventé par Xavier Lusso, ce cocktail est un genre de cachaça fizz utilisant un ingrédient peu courant, le Sanbitter, un soda amer italien. Son nom vient tout simplement de sa couleur très voyante.

  • 4,5 cl de cachaça Engenho da Vertente (Sagatiba)
  • 1,5 cl de Velvet Falernum (falernum maison)
  • 2,5 cl de jus de citron vert
  • du Sanbitter pour compléter

Mettre les trois premiers ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer fort. Verser sur des glaçons dans un verre highball (long et fin) et ajouter le Sanbitter. Décorer d’un zeste de citron vert joliment découpé.

Difficulté: le Sanbitter est peut-être peu connu mais il se vend en supermarché, en tous cas au Delhaize (dans le mien, il est à côté des tonics dans le rayon des alcools). La cachaça se trouve aussi désormais en supermarché (toujours au Delhaize). Reste le falernum: le Velvet Falernum de Taylor’s se commande chez des cavistes ou se trouve sur le net. Par expérience, je me rends compte que ma recette maison se conserve plus longtemps que ma bouteille achetée…

Goût: un cocktail d’été rafraîchissant, combinant citron, amertume et épices mais légèrement trop sucré à mon goût à cause du Sanbitter.

Le verre date probablement des années 60 ou 70, je l’ai trouvé en vidant le grenier de la maison de mon papa.

Naked and famous

Naked and famous

Le Naked and Famous est un cocktail créé en 2011 par Joaquín Simó pour le bar newyorkais Death & Co. Il s’est inspiré de deux cocktails existants, le Last Word, un cocktail classique aux proportions égales, et le Paper Plane, un cocktail de Sam Ross qui utilise également des ingrédients à parts égales.

La recette vient de Death & co: modern classic cocktails

  • 2 cl de mezcal Del Maguey Chichicapa (Los Siete Misterios)
  • 2 cl de Chartreuse jaune
  • 2 cl d’Aperol
  • 2 cl de jus de citron vert

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer. Filtrer dans une coupe refroidie.

Difficulté: un bon mezcal se trouve chez les cavistes, de même que la Chartreuse jaune.

Goût: la recette demande un mezcal très fumé, et j’ai l’impression que le mien ne l’est juste pas assez. Il se perd un peu à cause de la complexité des autres ingrédients mais ce cocktail est malgré tout intéressant. Il est fumé, herbacé, un peu acide et peu sucré. Bref, pas mal, mais je préfère le Last Word.