Hold up

Hold Up

Quand je suis rentrée de vacances, j’avais envie de réaliser un cocktail au rhum mais ne comportant pas les mille ingrédients du tiki. Je me suis baladée sur un de mes sites favoris, Punch, pour trouver des idées et j’ai noté ce Hold up, un cocktail créé par Alex Anderson (Cure, La Nouvelle-Orléans). Elle s’est inspirée d’un cocktail ancien, le Culross Cocktail publié dans le Savoy Cocktail Book mais elle a modifié sa composition en remplaçant la liqueur d’abricots par du pamplemousse.

  • 2,2 cl (0,75 oz) de rhum jamaïcain, de préférence du Hamilton Jamaican Pot Still Gold rum (Rum Nation Jamaïque 8 ans)
  • 2,2 cl (0,75 oz) de Tempus Fugit Kina L’Avion
  • 2,2 cl (0,75 oz) de liqueur de pamplemousse, de préférence Giffard Crème de Pamplemousse Rose (liqueur de pamplemousse maison)
  • 2,2 cl (0,75 oz) de jus de citron
  • 14 gouttes de bitters au céléri (The Bitter Truth)
  • un zeste d’orange pour la garniture

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer. Verser dans une coupe refroidie. Exprimer le zeste d’orange puis le jeter.

Difficulté: **** un ingrédient plus rare, le Kina de Tempus Fugit, mais tout à fait trouvable dans un magasin spécialisé ou sur le net. Et puis un rhum jamaïcain de qualité et une liqueur fruitée qu’il y a moyen de réaliser soi-même.

Goût: un cocktail citronné et amer à la première gorgée mais qui laisse apparaître des épices, les arômes de banane du rhum apportant une belle rondeur. Bien équilibré et très agréable à boire.

Ephemeral

c7c94659b90b3d725f35acb8424a0502

L’Ephemeral est un de ces cocktails qui donne envie d’expérimenter… pour finalement revenir à la recette d’origine. Créé par David Shenaut du Teardrop Lounge à Portland en 2009, l’Ephemeral inclut des bitters au céleri. Ceux-ci avaient été apportés au bar par un ami et client régulier, Matthew Schuler. La base du cocktail est un martini (vermouth + gin) mais il est transformé par deux ingrédients: le bitter au céleri et la liqueur de sureau. Les doses sont minimes et j’ai voulu savoir comment ces deux éléments influaient sur le goût du cocktail en forçant les doses au fur et à mesure de ma dégustation. C’est une manière intéressante de goûter un cocktail et de se dire que finalement la recette d’origine est la meilleure, la plus subtile surtout. Car c’est de subtilité qu’il s’agit ici.

La recette, trouvée dans le PDT Cocktail Book de Jim Meehan:

  • 2 oz de Ransom Old Tom Gin (un gin à l’ancienne, du Hayman’s dans mon cas)
  • 1 oz de vermouth blanc Dolin (le vermouth que Martini a copié en créant son Bianco, mais pas aussi bien)
  • 1 cuillère de bar de liqueur de sureau Saint-Germain
  • 1 trait (dash) de bitter au céléri The Bitter Truth

Mélanger le tout dans un verre avec des glaçons, verser dans un coupe refroidie, garnir avec un zeste de pamplemousse (que j’ai oublié en dernière minute – dommage !)

Difficulté: *** une recette à essayer avec les ingrédients exacts pour avoir ce goût précis. Des expérimentations sont possibles par la suite. (En fin de billet, je vous indique où j’ai trouvé mes ingrédients.)

Goût: un martini adouci par le gin old tom et le vermouth Dolin, avec une touche florale venant du sureau et une touche venant du potager avec le bitter au céleri. Très subtil et équilibré.

J’aime beaucoup expérimenter avec les effets d’Hipstamatic pour mes photos. Je vous propose donc deux autres photos parce que j’ai eu du mal à choisir cette fois-ci !

300b3ce59c185173c09841830ef87268

cb89d7c0243cac8577b70de39e87938f

Pour la Belgique, la liqueur Saint-Germain se vend au Delhaize, le Hayman’s Old Tom Gin vient du Chemin des Vignes (Stockel et Uccle), le vermouth Dolin et les bitters (qui sont inclus dans un coffret contenant cinq mini-bouteilles) viennent de Bier en Wijnhuis (Bertem). Ces deux magasins ont un site en ligne.