Tequila, mandarin and lime

Tequila mandarin and lime

Dans ma recherche de cocktails contenant du jus de clémentine ou de mandarine, je suis tombée sur cette recette intitulée tout simplement « Tequila, mandarin and lime », inventée par Kajsa Renmarker pour le bar et restaurant Smoking Goat situé à Londres. C’est une variation d’un margarita classique.

La recette vient du Guardian:

  • 2,5 cl de tequila blanco (El Domador)
  • 2,5 cl de liqueur d’orange ou de triple sec (Créole Shrubb de Clément, comme proposé)
  • 0,5 cl de sirop de sucre de palme (sirop de sucre normal)
  • 1,5 cl de jus de mandarine
  • 1,5 cl de jus de citron vert
  • 1 pincée de sel
  • garniture: une feuille de menthe

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer. Filtrer dans un verre rock / old fashioned rempli de glaçons et décorer avec la feuille de menthe.

Difficulté: ** tous les ingrédients sont disponibles en supermarché.

Goût: un cocktail très doux et peu alcoolisé (3 cl d’alcool fort me semble un minimum, mais je suppose que c’est pour des raisons économiques – j’ai d’ailleurs augmenté la dose par la suite) mais en fin de compte pas très original. Je pensais qu’un barman professionnel ferait mieux que moi, mais non !

Advertisements

Royal Bermuda Yachtclub Cocktail

c8a06ff8c50226a4672aec638cb3d6e4

Ce cocktail, créé en hommage au Royal Bermuda Yachtclub fondé aux Bermudes en 1884 et visité essentiellement par les officiers du 20e régiment de l’armée britannique, apparaît pour la première fois dans le recueil de Crosby Gaige, Cocktail Guide and Ladies Home Companion, publié en 1941. Les proportions sont un peu différentes que celles citées ci-dessous, avec plus de rhum, moins de jus de citron vert et le choix entre du falernum et du sirop de sucre et le choix entre un trait de Cointreau ou de brandy, deux choses fort différentes.

Trader Vic alias Victor Bergeron (je reparlerai de lui – c’est un personnage important dans le monde du cocktail tiki) affine la recette, éliminant les différentes possibilités en faveur d’un goût plus prononcé, gardant donc les traits de falernum et de Cointreau. Il publie la recette en 1947 dans son premier recueil, Trader’s Vic Bartender Guide. Ce livre est un témoignage de ses recherches dans le domaine des cocktails tropicaux, qui ne sont pas encore tiki à cette époque. Il est très proche d’un daiquiri: rhum, jus de citron, sucre – ou la « Sainte Trinité du Cocktail des Caraïbes », comme dirait Jeff Berry.

J’ai suivi la recette du PDT Cocktail Book de Jim Meehan, un peu différente et plus aisée au niveau des quantités que celle de Ted Haigh dans Vintage Spirits and Forgotten Cocktails. Elle rajoute un peu de Cointreau (2 dashes dans le recette originale) et de falernum (2 cuillères à thé).

  • 2 oz de rhum des Barbades (Mount Gay Eclipse ambré)
  • 1 oz de jus de citron vert pressé
  • 0,5 oz de Cointreau (ou de Creole Shrubb de Clement, une liqueur d’orange sur une base de rhum)
  • 0,5 oz de falernum

Mélanger le tout dans shaker avec des glaçons et filtrer dans une coupe refroidie. Décorer avec une tranche de lime.

Difficulté: *** Le rhum Mount Gay Eclipse se trouve chez des cavistes, il pourrait être remplacé par un rhum ambré cubain mais le goût sera différent, moins doux, et ce sera un autre cocktail. J’utilise du falernum maison, une liqueur aromatisée aux amandes, gingembre, citron vert et clous de girofle (de nombreuses recettes existent sur le net – la mienne vient d’un site aujourd’hui disparu). Cela existe aussi sous forme de sirop, notamment chez Monin (aucune idée du goût). Cela vaut la peine d’en fabriquer ou d’en acheter si vous comptez réaliser de nombreux cocktails tiki dans lesquels il est un ingrédient très courant. Que ce soit avec du Cointreau ou du Creole Shrubb, les deux versions sont délicieuses.

Goût: acidulé, avec une touche épicée venant du falernum et du rhum. Très frais et estival tout en étant élégant et subtil. Vous n’avez peut-être pas l’occasion d’aller aux Bermudes mais ce cocktail vous fera voyager vers les contrées caribéennes !