The Ernesto

The Ernesto

Martin Cate publie la recette de ce cocktail à la tequila dans son livre Smuggler’s cove: exotic cocktails, rum, and the cult of tiki mais ne donne aucune indication de son origine.

  • 6 cl de limonade au pamplemousse Ting (Granini vient de sortir une bonne limonade au pamplemousse et au cranberry)
  • 3 cl de jus de citron vert
  • 3 cl de sirop de miel (une moitié de miel et une moitié d’eau)
  • 1,5 cl de liqueur d’abricot (Merlet Lune d’abricot)
  • 6 cl de tequila blanche (El Domador Silver)
  • 1 trait d’Herbstura (un mélange à parts égales de bitters Angostura et d’Herbsaint, substitué ici par du pastis Pernod)
  • une tranche de citron vert et une orchidée pour décorer

Verser la limonade dans un grand verre old-fashioned. Mettre les autres ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer. Filter dans le verre et rajouter des glaçons. Décorer d’une tranche de citron vert et d’une orchidée (si vous en avez).

Difficulté: **(*) il faut déjà avoir une série d’ingrédients mais ils ne sont pas des plus compliqués à trouver en magasin ou sur le net. Comme l’Herbstura est souvent utilisé dans les cocktails tiki, j’ai mis mon mélange dans un petit flacon pour de futurs cocktails.

Goût: un cocktail frais et sucré (un peu trop à mon goût) dans lequel on goûte bien la tequila et l’abricot

Zombie (1934)

Zombie (1934)

Si le Mai Tai est le cocktail signature de Trader’s Vic, le Zombie est celui de Don the Beachcomber. Il possède toutes les caractéristiques du cocktail tiki: un mélange de plusieurs rhums, du jus de citron et du jus ou une liqueur fruitée et sucrée. Son créateur a jalousement gardé la recette secrète et cela a provoqué une multitude de versions plus ou moins proches de l’originale, créée en 1934 à Los Angeles. Armé de beaucoup de patience, le spécialiste du tiki Jeff Berry a mis plus de dix pour trouver la recette initiale, interrogeant inlassablement les anciens collaborateurs de Don. Et même après dix ans, ce n’était pas gagné: la recette était codée. Pour qu’elle ne soit pas divulguée, Don utilisait en effet des mélanges nommés Don’s mix ou Spice mix. Un chapitre complet de Sippin’ safari est consacré à l’aventure du décodage par Berry.

Depuis les années 1930, certains ingrédients ont disparu ou sont devenus plus difficiles à trouver mais des barmen comme Martin Cate proposent de nouvelles combinaisons de rhums. Je me suis inspirée de la recette originale publiée dans Beachbum Berry remixed mais je l’ai croisée avec celle du Smuggler’s cove, choisissant mes rhums en fonction du goût que je voulais obtenir au final. Parce qu’il faut bien avouer qu’un Plantation O.F.T.D est bien meilleur en goût qu’un Lemon Hart 151 utilisé à l’origine dans la recette.

  • 2,2 cl de jus de citron vert
  • 0,7 cl de jus de pamplemousse (a priori blanc, mais du rose conviendra également)
  • 0,7 cl de sirop de cannelle (cet ingrédient et le jus de pamplemousse forment le Don’s mix qui a une proportion légèrement différente, doublant le jus de pamplemousse)
  • 1 cuillère à café de grenadine
  • 1,5 cl de falernum (recette maison mais Martin Cate conseille le velvet falernum de John D. Taylor)
  • 4,5 cl de « blended aged rum » (Angostura 1919 ou un rhum ambré portoricain / cubain)
  • 4,5 cl de « column still aged rum » (Appleton V/X ou un autre rhum jamaïcain vieux)
  • 3 cl de « black blended overproof rum » (Plantation O.F.T.D. ou Lemon Hart 151)
  • 2 traits d’Herbstura (ou un trait de bitter Angostura et 6 gouttes de pastis Pernod)
  • 12 onces de glace pilée (ou une tasse et demie)

Pour la garniture: un brin de mentnhe.

Mettre tous les ingrédients dans un blender avec la glace pilée et 4 à 6 glaçons plus gros. Mixer (en mode pulse) pendant trois à quatre secondes pour aérer et refroidir le cocktail (la glace doit rester en morceaux). Verser dans un verre collins (Don The Beachcomber n’utilisait que peu de mugs spéciaux) et décorer d’un brin de menthe.

Difficulté: **** il faut posséder une belle collection de rhums mais beaucoup de combinaisons sont possibles.

Goût: un cocktail sucré, vanillé et épicé au fort goût de rhum. A boire avec modération au vu des quantités d’alcool – à vrai dire, les proportions pour une personne pourraient tout à fait servir deux !