Pause

0341c525f9fe71bd776428f6b0a0813b

Mon rythme d’écriture s’est ralenti ces dernières semaines et s’arrête totalement pour celles qui viennent. Je reviendrai en décembre avec de nouvelles recettes de cocktails. En attendant, voici mes derniers achats un peu particuliers à Budapest où j’ai passé quelques jours: l’Unicum est une liqueur très amère aux herbes, le Cimeres est parait-il une sorte de grappa et à l’arrière, il y a deux bouteilles de palinka, des eaux de vie à la poire et à l’abricot.

Banane du Brésil Giffard

fbce6c838dabeb00cdb3ad0e11d12580

Il existe sur le marché de nombreuses liqueurs de banane, très souvent de couleur jaune, très souvent au goût chimique, et parfois même de couleur verte comme le célèbre (dans les années 1980 et 90) Pisang Ambon. Ma bouteille de liqueur Bols étant vide, j’ai cherché sur le net une meilleure alternative. De nombreuses sites vantaient les mérites de celle de la gamme premium de Giffard, Banane du Brésil.

Le site du fabricant la décrit comme une « liqueur élaborée à partir de macération de bananes du Brésil, d’esprit de banane, renforcé par une pointe de Cognac. De couleur jaune serin aux nuances or. » C’est une liqueur au goût très nuancé, dans laquelle la banane ressort bien, une banane caramélisée dans du beurre et de la vanille. Pure, elle est évidemment très sucrée mais ce n’est pas le but de la boire comme ça, à moins d’aimer ce genre de liqueurs aux fruits.

L’ingrédient se retrouve essentiellement dans des cocktails tropicaux et tiki (le Planet of the Apes par exemple), ajoutant un goût exotique au rhum et aux jus de fruits. J’ai été tentée par une recette plutôt expérimentale, le Mane’o Keke Martini mais même si je n’avais ni les bitters demandés ni le vermouth Dolin, j’ai trouvé le résultat assez peu réussi. Bref, le martini à la banane n’est pas une bonne idée, j’aurais dû m’en douter avant de tenter la recette.

La liqueur est en vente sur le site de Giffard mais peut également s’obtenir dans des magasins d’alcools sur commande. N’hésitez pas à demander au vendeur. Si vous préférez préparer la liqueur vous-même, voici une recette (que je n’ai pas testée).

UPDATE: je ne suis pas la seule à parler de liqueur de banane !

Crème de cacao Monin

b64849931f6d29abee68492ca674f300

La crème de cacao est un ingrédient qui a fait son apparition dans les cocktails au début du 20e siècle à New York, notamment dans l’Alexander qui mêle gin, liqueur de cacao et crème. Elle est citée pour la première fois en 1915 dans le livre de Hugo Ensslin mais personne ne sait qui l’a créée. Il y a déjà des mentions de liqueurs au chocolat dès le 17e siècle en France. Elle s’utilise dans différents cocktails comme La Florida Cocktail ou le Twentieth Century Cocktail. En général, elle se marie très bien avec d’autres ingrédients et il ne faut pas avoir peur de boire un cocktail au chocolat.

Il existe deux versions, une blanche et une brune dont le goût est plus fort. La liqueur blanche provient de la distillation de fèves de cacao tandis que la brune vient de l’infusion des fèves. Souvent les producteurs y rajoutent des arômes de vanille.

Il existe sur le marché différentes marques de liqueur ou crème de cacao. Pour l’instant, je n’ai goûté que celle de Monin. Elle sent clairement le cacao et son goût est assez subtil, floral et très sucré (comme toutes les liqueurs), avec de la vanille.

Les bases (IV): liqueurs et autres alcools

Une fois que vous avez l’alcool de base, beaucoup de recettes de cocktails le marient avec des liqueurs ou autres boissons apéritives. Le mieux est de les acheter au fur et à mesure des recettes que vous voulez essayer. Quelques classiques sont:

  • les vermouths blancs et rouges comme le Martini ou le Noily Prat (plus amer)
  • le Campari
  • des liqueurs existent pour de nombreux fruits mais aussi des épices ou des herbes aromatiques: une seule règle: goûter ! Quelques bonnes marques sont Monin, Giffard, Védrenne… Je publierai dans le futur des billets sur mes choix pour les différents goûts. Une des plus usuelles est la liqueur d’orange (Cointreau par exemple).

Dans la catégorie alcool se retrouvent également les bitters. Très concentrés, ils se vendent en mini-bouteilles. L’Angostura, avec son étiquette trop grande, est le plus connu (Delhaize). D’autres marques ont développé des nuances de goûts diverses, comme The Bitter Truth. Quelques gouttes suffisent et donnent une toute autre dimension aux cocktails.