Tiki drinks

10db44e6033af8cf70ee3a43ded86f26_zpspag96uju

Nicole Weston and Robert Sharp, Tiki drinks: tropical cocktails for the modern bar: acheté dès sa sortie, je n’avais pas eu l’occasion de lire les commentaires des tikiphiles sur le site américain d’amazon. C’est assez gratiné mais pas totalement incorrect. Il manque clairement une bibliographie et des remerciements aux personnes qui ont exhumé les recettes anciennes (Jeff Berry, en premier lieu). Après une courte introduction, les auteurs proposent des cocktails tiki classiques puis des interprétations plus modernes, des cocktails qu’ils ont créé eux-mêmes (ils ont un blog où sont publiées de nombreuses recettes). J’en ai noté quelques-unes à réaliser, j’en ai même déjà préparé d’autres. Le choix du rhum est souvent très peu précis (white rum, dark rum, aged rum) et très peu détaillé dans l’introduction. Et surtout, ces cocktails sont affreusement sucrés ! Les quantités de sirops divers sont astronomiques et peu en phase avec les goûts européens. Un exemple qui n’est pas dans le livre mais sur le blog: pour le Royal Daiquiri, les auteurs rajoutent 1,5 cl de sirop à la recette originale alors qu’à mon goût le cocktail est déjà presque trop sucré (voici la version proposée par Jeff Berry, publiée sur ce blog – il contient 1/4 de cuillère à thé de sirop). De vraies abeilles ! Un livre à oublier, même si je testerai sans doute encore l’une ou l’autre recette, en l’adaptant, et que je m’inspirerai des jolies décorations.

Smuggler’s cove

92cdc917d87e9012a53ca96de932a7eb_zpsvb0ewq5o

Martin & Rebecca Cate, Smuggler’s cove: exotic cocktails, rum, and the cult of tiki: dans cet excellent nouveau livre sur le monde des cocktails tiki, Martin et Rebecca Cate racontent l’histoire de leur bar de San Francisco, mais ils vont bien plus loin. Ils retracent l’histoire du cocktail exotique, parlant de Donn the Beachcomber et Trader Vic, des grands temples américains du tiki (dont certains existent encore aujourd’hui) et de la décoration. Chaque chapitre est entrecoupé de recettes, des classiques évidemment, mais aussi beaucoup de recettes contemporaines, ce qui est tout l’intérêt du livre. La partie sur les différents rhums est également très instructive. Martin Cate ne les classe pas selon les critère habituels (style espagnol / britannique / français) mais selon leur mode de fabrication et leur composition et propose pour chaque catégorie une liste de rhums correspondants, que l’on peut utiliser selon ses envies dans les cocktails. Pour donner une idée, les plus utilisés sont « pot still lightly aged » (beaucoup de rhums très locaux des Etats-Unis – j’ai cependant trouvé dans ma collection le Rum Nation Jamaïca 8 years), « blended lightly aged » (Plantation 3 Stars, Mount Gay Eclipse, Banks 5 Islands…), « blended aged » (Doorly 5 years, Appleton 12 years, El Dorado 5 years…), « column still aged » (Angostura 1919, Zacapa 23…), « black blended » (j’ai enfin trouvé une nouvelle utilisation pour le Goslings’s Black Seal), et puis les agricoles et la cachaça. Richement illustré, le livre se termine avec de nombreux conseils pour l’organisation d’une soirée tiki. Un livre qui a tout de suite pris une place parmi les classiques.

Panorama Punch

c45945d04486f3e4ee1113d86c6c5479

Les expositions universelles ont toujours été des endroits de création et de découverte, y compris pour les cocktails. Celle de Seattle en 1962 s’est tenue pendant la grande époque du tiki, quand des bars et restaurants « exotiques » ont envahi les Etats-Unis. Le Panorama Punch était servi au restaurant Eye of the Needle au sommet du Space Needle construit pour l’expo. L’endroit offrait un superbe panorama de la région et mettait une heure pour faire un tour complet. Comme souvent, il existe des recettes différentes – les barmen de l’époque étaient peu enclins à divulguer leurs secrets.

Celle qui vient de Beachbum Berry Remixed ne contient qu’un type de rhum. J’ai croisé une autre recette qui combiene rhum jamaïcain et rhum agricole.

  • 1 1/8 oz. de jus de cranberry
  • 1/2 oz de jus de citron vert pressé
  • 2 1/4 oz. de jus d’orange pressé
  • 2 1/4 oz. de rhum porto-ricain blanc (Havana Club Añejo 3 años)
  • 3/8 oz. de sirop de sucre
  • 4 oz. ou une demi tasse de glace pilée

Mettre tous les ingrédients dans un blender et mixer pendant dix secondes. Verser dans un verre collins, ajouter des glaçons pour remplir le verre et décorer avec la peau du demi citron vert.

Difficulté: ** à part les mesures un peu compliquées (j’ai divisé en deux les mesures citées dans le livre), rien de bien difficile à trouver au point de vue des ingrédients.

Goût: un cocktail très frais et citronné, simple mais efficace, parfait pour l’été (ou pour se souvenir de l’été).

5775b2d6ac63b554abb1d3b5841a166c

Potions of the Caribbean

Jeff Berry, Beachbum Berry’s potions of the Caribbean. 500 years of tropical drinks and the people behind them: Jeff Berry est connu pour ses divers livres sur les cocktails tiki, qui me servent très souvent pour découvrir de nouveaux breuvages à l’apéro. Avec celui-ci, édité en grand format, il retrace l’histoire des Caraïbes depuis l’arrivée de Christophe Colomb sous l’angle des boissons. Il parle des modes du tourisme, d’abord à Cuba, puis ailleurs et donc des barmen célèbres qui ont inventé des classiques comme le Mojito, le Cuba Libre ou le Daiquiri. Le livre comporte plus de 70 recettes ainsi que leur histoire. Le but caché (ou pas) de l’auteur est de démontrer le lien entre ces cocktails des Caraïbes et les cocktails tiki créé par Trader’s Vic et Don The Beachcomber’s. Le livre est magnifiquement illustré avec des photos d’époque et des affiches et menus de cocktails. C’est un vrai plaisir de le lire et une mine d’informations.