Suit and tie

Suit and tie

Quelque part dans les années 1990, le litchi martini était un cocktail très populaire, dans la vague des martinis fruités et sucrés, à un moment où le cocktail n’avait pas encore tout fait commencé sa renaissance. Kristina Magro, du bar Lone Wolf Tavern de Chicago, s’est emparée de la recette qui proposait une moitié de gin et une moitié de liqueur de litchi pour créer quelque chose de neuf, de moins sucré (et d’un peu moins sexiste car il faut bien avouer qu’à une époque, les cocktails colorés et fruités étaient automatiquement associés aux femmes – et cela perdure encore, malheureusement dans certains bars).

J’ai trouvé la recette sur le site de Punch:

  • 4,5 cl (1,5 oz) de gin Monkey 47
  • 2,2 cl (0,75 oz) de Manzanilla Papirusa Lustau (Manzanilla Osborne)
  • 2,2 cl (0,75 oz) de liqueur de litchi Lichi-Li de Giffard
  • 1 trait d’absinthe
  • 1 litchi pour décorer

Rincer un verre à martini ou une coupe avec le trait d’absinthe (quelques gouttes suffisent, sinon le goût est trop fort). Mettre tous les autres ingrédients dans un verre à mélange avec des glaçons et remuer pour refroidir. Verser en filtrant dans le verre et décorer avec le litchi.

Difficulté: *** des ingrédients précis qui se trouvent dans des magasins spécialisés. J’ai moi-même été racheter spécialement du Monkey 47 pour l’occasion.

Goût: un cocktail à la fois sec et sucré et boisé – le gin Monkey 47 ajoute vraiment une touche fruitée intéressante que d’autres gins ne possèdent pas (même si le cocktail est pas mal aussi avec d’autres marques – j’avais tenté la recette avec un autre gin mais je ne sais plus lequel).

Queen Snake

Queen Snake

Je suis parfois attirée par des recettes assez spéciales, où je me demande vraiment quel goût le mélange peut avoir. Dans le cas du Queen Snake, un cocktail créé par Shannon Tebay (Death & Co, New York), il ne me manquait qu’un seul des ingrédients fort peu usuels: la blanche d’armagnac. Un de mes amis s’est mis sur le coup et m’a trouvé une bouteille (qu’on a partagée) d’armagnac de la marque Gelas. C’est d’ailleurs lui qui m’avait aussi ramené la liqueur de sapin de Pontarlier, liqueur que j’avais notée à l’époque pour certains cocktails dont j’ai aujourd’hui perdu la trace (il faudrait que je les retrouve). Quant au Lichi Li, c’est une liqueur que j’avais adoptée dès mes débuts en cocktails, sucrée et fruitée, mais très équilibrée.

La recette vient du site Punch:

  • 4,5 cl (1,5 oz) de blanche d’armagnac, de préférence Cobra Fire Eau de Vie de Raisin (Armagnac Single White à 60° de Gelas)
  • 1,5 cl (0,5 oz) de Clear Creek Douglas Fir Eau de Vie (Le Vert Sapin de la distillerie Pierre Guy de Pontarlier)
  • 2 cuillères à thé de liqueur de litchi, de préférence du Lichi Li de Giffard
  • 1 cuillère à thé de crème de cacao, de préférence Marie Brizard (Monin)
  • 1 quartier de citron vert

Presser le quartier de citron dans un verre de type Sazerac (ou old fashioned, ou à whisky). Ajouter tous les autres ingrédients et mélanger. Terminer en ajoutant des glaçons.

Difficulté: **** parmi les ingrédients, seule la crème de cacao est utilisée de temps en temps. Pour le reste, c’est plutôt compliqué.

Goût: un cocktail dont le goût est dominé par l’armagnac, heureusement adouci par le litchi, le cacao et le sapin. Il m’a fallu un moment pour m’habituer à ce mélange un peu bizarre mais au final, ce n’était pas si mal. Je pense par contre qu’un armagnac moins fort pourrait être plus adéquat.

La Perla

La Perla

Cette semaine, je voulais préparer un cocktail totalement différent de mes habitudes, tout en n’utilisant pas trop d’ingrédients. En feuilletant Cocktail chronicles de Paul Clarke (un des livres vers lesquels je reviens souvent quand je suis en manque d’inspiration), je suis tombée sur La Perla, un cocktail qui correspondait bien à mes souhaits et qui m’intriguait en même temps. En effet, ce cocktail, créé en 2005 par Jacques Bezuidenhaut à San Francisco, combine des ingrédients inédits, surtout à cette époque: de la tequila, du sherry et de la liqueur de poire. Depuis, la recette a été partagée dans de nombreux livres, devenant un nouveau classique.

  • 4,5 cl (1,5 oz) de tequila reposado (El Domador)
  • 4,5 cl (1,5 oz) de sherry manzanilla (Osborne)
  • 2,2 cl (0,75 oz) de liqueur de poire (Crème de poire Williams Merlet)
  • un zeste de citron pour décorer

Mettre tous les ingrédients dans un verre à mélange avec des glaçons et remuer pour bien refroidir. Filtrer dans un verre à cocktail et décorer avec un zeste de citron.

Difficulté: *** trois ingrédients mais pas les plus courants. La tequila vient du supermarché, le reste d’un site web (mais pourrait être commandé chez un caviste).

Goût: le mélange des trois ingrédients donne un arôme de cacao (je suis peut-être la seule à goûter ça), mais laisse bien passer le goût boisé du sherry. Un cocktail intéressant et au goût surprenant – je ne m’attendais pas du tout au côté chocolaté et sec en même temps.

Hold up

Hold Up

Quand je suis rentrée de vacances, j’avais envie de réaliser un cocktail au rhum mais ne comportant pas les mille ingrédients du tiki. Je me suis baladée sur un de mes sites favoris, Punch, pour trouver des idées et j’ai noté ce Hold up, un cocktail créé par Alex Anderson (Cure, La Nouvelle-Orléans). Elle s’est inspirée d’un cocktail ancien, le Culross Cocktail publié dans le Savoy Cocktail Book mais elle a modifié sa composition en remplaçant la liqueur d’abricots par du pamplemousse.

  • 2,2 cl (0,75 oz) de rhum jamaïcain, de préférence du Hamilton Jamaican Pot Still Gold rum (Rum Nation Jamaïque 8 ans)
  • 2,2 cl (0,75 oz) de Tempus Fugit Kina L’Avion
  • 2,2 cl (0,75 oz) de liqueur de pamplemousse, de préférence Giffard Crème de Pamplemousse Rose (liqueur de pamplemousse maison)
  • 2,2 cl (0,75 oz) de jus de citron
  • 14 gouttes de bitters au céléri (The Bitter Truth)
  • un zeste d’orange pour la garniture

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer. Verser dans une coupe refroidie. Exprimer le zeste d’orange puis le jeter.

Difficulté: **** un ingrédient plus rare, le Kina de Tempus Fugit, mais tout à fait trouvable dans un magasin spécialisé ou sur le net. Et puis un rhum jamaïcain de qualité et une liqueur fruitée qu’il y a moyen de réaliser soi-même.

Goût: un cocktail citronné et amer à la première gorgée mais qui laisse apparaître des épices, les arômes de banane du rhum apportant une belle rondeur. Bien équilibré et très agréable à boire.

Minimalist tiki

Minimalist Tiki

Matt Pietrek & Carrie Smith, Minimalist tiki. A Cocktail Wonk look at classic libations and the modern tiki vanguard: comme je suis passionnée par les cocktails tiki, je suis évidemment des sites, instagram et groupes facebook sur le sujet. C’est par ces canaux que j’ai appris que Matt Pietrek – Cocktail Wonk – avait publié un livre de recettes de cocktails. Malheureusement, il n’est disponible que sur son site et les frais d’envoi vers l’Europe sont fort élevés. J’ai donc abandonné ma première tentative de commande. Et puis, j’ai vu apparaître les recettes, et de nombreuses photos et j’ai décidé de ma faire plaisir (même si les frais de douane ont laissé un goût amer). J’ai bien fait, ce livre est vraiment intéressant et est bien plus que juste une collection de recettes. Les auteurs expliquent comment se créer un bar pour préparer des cocktails tiki, et partent de l’idée qu’il ne faut pas mille ingrédients bizarres. Ils décrivent les alcools, les rhums en particuliers, rappelant les catégories existantes et suggérant des marques trouvables de deux côtés de l’Atlantique. Ils montrent comment fabriquer des sirops et de jolies décorations, et quels ustensiles utiliser. Et puis, il y a une série de recettes de divers barmen américains et européens, toutes réalisables sans trop d’efforts, ainsi que trente recettes classiques qui ont permis de déterminer les ingrédients principaux d’un cocktail tiki « minimaliste ».

The Canon Cocktail Book: Recipes from the Award-Winning Bar

The Canon Cocktail Book

Jamie Boudreau & James O. Fraioli, The Canon Cocktail Book: Recipes from the Award-Winning Bar: le Canon est un bar reconnu de Seattle, créé par Jamie Boudreau en 2011. Ce livre explique son histoire mais aussi comment créer son propre bar: choisir le lieu, l’aménager, trouver le personnel adéquat… Mais ce n’est pas le plus important: il est accompagné de nombreuses recettes originales, dont beaucoup sont relativement faciles à réaliser avec des ingrédients courants. D’autres sont plus compliquées, demandant des ingrédients à préparer à l’avance mais l’auteur explique comment réaliser ces sirops, infusions et autres breuvages. Chaque recette est remise dans son contexte et clairement détaillée. Voici quelques recettes que j’ai déjà postées sur ce blog mais j’en ai réalisé bien d’autres. C’est un livre que je recommande chaudement et qui fait partie de mes favoris – ceux qu’on reconnaît bien vite parce qu’ils ont été feuilletés trop souvent.

Rigadoon

Rigadoon

C’est une fois de plus l’ingrédient qui m’a poussée à trouver une recette. Il y a quelques années, j’avais acheté un citronnier qui était censé être de la limette de Tahiti. Or les fruits qu’il produit ne ressemblent en rien à cela: ils ne sont pas verts mais oranges (à l’intérieur aussi), et de petite taille (environ 3 cm de diamètre). Je soupçonne qu’il s’agit de calamondin (ou kalamansi): ils ont en effet un léger goût d’orange tout en étant aussi acides qu’un citron. C’est un peu par hasard que je suis tombée sur le Rigadoon, une recette de Phil Ward datant de 2008, dans Death & Co, un livre qui contient un énorme choix de recettes tout à fait réalisables. Fin octobre, il me restait justement encore un peu de basilic thaï au jardin, mais c’était vraiment la fin de la saison.

  • 6 cl (2 oz) de gin Tanqueray London Dry (Bombay Sapphire)
  • 2,2 cl (0,75 oz) de purée de kalamansi Boiron (jus de kalamansi du jardin)
  • 0,7 cl (0,25 oz) de jus de citron
  • 2,2 cl (0,75 oz) de sirop de sucre
  • 4 feuilles de basilic thaï
  • pour la décoration: une feuille de basilic thaï

Mettre tous les ingrédients dans un shaker avec des glaçons et secouer. Filtrer à travers une passoire et verser dans une coupe. Décorer d’une feuille de basilic thaï.

Difficulté: **** à moins d’avoir un kalamansi comme moi, ça risque d’être compliqué ! Mais les plantes sont très courantes en jardinerie. Et j’imagine qu’on peut les remplacer par d’autres agrumes plus ou moins spéciaux. Quant au reste, c’est plutôt facile à trouver.

Goût: un cocktail frais et fruité, dans lequel le léger goût du basilic se marie très bien aux arômes herbacés du gin et l’acidité du calamondin. Je regrette juste que mon basilic n’ait pas donné plus de goût. En fin de saison, les feuilles deviennent assez dures et j’aurais sans doute dû l’écraser au pilon avant de rajouter les autres ingrédients dans le shaker.